top of page

Alerte sanitaire : la communauté se mobilise pour la préservation de l'environnement et de la santé

Les habitants de El Chaltén, les associations environnementales locales, les soignantes du centre de santé, et les chercheurs et chercheuses du CONICET tirent la sonnette d’alarme face aux conséquences environnementales du suremballement touristique. Dans cette petite ville de Patagonie nichée dans le Parc National de Los Glaciares au pied des sommets les plus connus du monde, la communauté met en garde contre les pollutions des eaux et le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques générées par la mauvaise gestion des eaux usées que mène l’entreprise publique SPSE.




El Chaltén connaît des tensions et des défi s, car le tourisme se développe plus rapidement que la mise à niveau de ses infrastructures de base. Ce petit village du sud de la Patagonie argentine, qui offre une vue unique sur le mont Fitz Roy, est une des principales réserves d’eau douce solide de la planète et une destination touristique en plein essor.



El Chaltén est situé dans le Parc National Los Glaciares et a été déclaré site Patrimoine Mondial de l'UNESCO en 1981 en raison de sa beauté spectaculaire, de son importance glaciologique et géomorphologique, ainsi que pour sa faune locale en danger d'extinction.


L'un des problèmes les plus urgents auxquels est confronté El Chalten est l'état critique de sa station d'épuration. La capacité de la station a atteint ses limites et, en 2022, juste avant le début de la saison touristique estivale, des déversements de déchets non traités ont été signalés dans les rivières bordant le village. Cette situation constitue une menace sérieuse pour la santé publique et l'intégrité des masses d'eau superficielles de la région.


El Chaltén se trouve à la charnière entre la promotion du tourisme durable et la nécessité de garantir la conservation de l'environnement.


El Chaltén compte environ 3 000 habitant.es et accueille plus de 10 000 touristes par jour en haute saison*. Les habitant.es, le personnel de santé, les associations locales, et chercheurs et chercheuses sur place s’inquiètent de l’absence absolue de contrôle sur les pollutions des rivières Fitz Roy et Rio de las Vueltas.


En effet, l'alerte sanitaire déclarée par les soignantes du centre de santé avertit de la présence de bactéries E.coli et de bactéries multirésistantes aux antibiotiques en aval de la station de traitement. Le projet de recherche “Étude de la résistance bactérienne aux antibiotiques dans les zones humides d'Argentine” développé par Soledad Dominguez et Soledad Esquius, chercheuses de l’Université Nationale de Mar del Plata, met en évidence le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques au sein des écosystèmes aquatiques de l’aire protégée. Ces indices de présence de souches de la bactérie E.coli présentent des patrons de résistance semblables à des rivières hyper-urbanisées et fortement impactées par la présence humaine, comme des rivières bordées d’industries comme La Plata et Luján. Or ces bactéries détectées dans l'eau à la confl uence des rivières présentent un danger de développement de maladies infectieuses, un risque tant pour la santé des personnes que pour la biodiversité.


Aujourd’hui, le tourisme international qui s’y rend n’est pas informé des enjeux locaux, car on

veut préserver la réputation du site. Or les français sont la nationalité la plus représentée au sein de la Zone Nord du Parc National Les Glaciers, représentant 20% des visiteurs et visiteuses en 2019**.


Les habitant.es empruntent la voie judiciaire pour espérer une action

des autorités


La communauté d'El Chaltén, préoccupée par la situation environnementale critique résultant du mauvais état de sa station d'épuration, a intenté une action collective environnementale contre Servicios Públicos Sociedad del Estado, l’entreprise publique de la Province de Santa Cruz en charge de la station d’épuration. Le recours en justice demande la cessation immédiate, urgente et définitive, la remise en état et la réparation des dommages environnementaux et de la contamination des fleuves Fitz Roy et Vueltas, situés dans le Parc National de Los Glaciares.


Mais ceci n’a été possible que grâce à une alliance formidable de femmes présentes en première ligne de front de cette campagne de dénonciation. D’abord les chercheuses qui ont joué un rôle essentiel dans la construction d’un programme de suivi des eaux de l’aire protégée, ensuite les agentes de conservation du Parc, les médecins, les bénévoles de Boana, les avocates, les voisines et les voisins. Toutes employant leurs moyens et ressources pour le soin de leur communauté et de leur environnement.


Le contexte politique actuel à échelle nationale renforce les incertitudes sur la gestion de ce problème de santé publique.


La défense des droits environnementaux et la gestion transparente de l’eau sont en risque face aux menaces de démantèlement des Ministères de l’Environnement, et du Conseil national de la recherche scientifi que et technologique (CONICET) par le gouvernement récemment élu. De même, le désormais chef du gouvernement prône une privatisation des rivières, or l’Argentine a la main sur plus de 8.484 km² de glaciers et constitue l’une des plus grandes réserves mondiales d’eau douce, essentielle pour la planète.


Le négationnisme du changement climatique, et la guerre ouverte aux mouvements écologistes alimente et rend légitimes toutes les incitations à la décrédibilisation et à la violence envers les défenseurs environnementaux d’un pays où la nature est considérée comme une ressource à privatiser, exploiter et vendre comme commodité.



En tant qu’association multiculturelle, féministe, écologiste, alliées de la recherche et de la

protection de la nature comme bien comum de l’Humanité nous resterons mobilisées,

Communiqué de presse - Association Boana solidaires avec les mouvements citoyens et nous continuerons à nous battre pour les droits sociaux et environnementaux des personnes, pour un monde juste et pour une planète habitable et préservée.



*Issu d’une estimation de l’Administration Nationale des Parcs qui relève quotidiennement le nombre de visiteurs sur place

**Sgubini, P. (2018). Informe Indicadores de Sustentabilidad Turística de la Municipalidad de El Chaltén, Provincia de Santa Cruz.

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page